Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

LES 7 VIES DE LA MIXTAPE RAP

, 22:34

Et si l'histoire du rap, finalement, avait peu à voir avec celle de ses disques ? Et si ces derniers n'en étaient qu'une traduction imparfaite ? Et si, pour cette musique, l'essentiel se trouvait sur un format alternatif : la mixtape ? Cette question n'est pas que rhétorique. S'il n'est pas réservé au rap, ce support musical est associé de près à sa culture. Il a toujours été présent, dès ses origines, et il a suivi toutes les étapes de son parcours. Il a fourni aux fans une autre façon de goûter au rap. Il leur a offert une approche plus directe, plus en prise avec la rue, moins gênée par les calculs inhérents à la commercialisation d'un produit grand public. Cependant, quand nous parlons de "mixtape", entendons-nous bien toujours la même chose ?

50 CENT & G-UNIT - 50 Cent Is the Future

Lire la suite...

XV - Everybody's Nobody

, 23:03

L'avantage des mixtapes digitales, c'est qu'avec elles la géographie s'efface. Que leur émergence soit spontanée ou qu'elle soit résultat d'une habile stratégie menée en sous-main par l'industrie du disque (quelle importance ?), elles permettent à des gens situés en marge des scènes les plus en vue de se faire un nom. Donavan Johnson, appelé XV en raison de l'âge auquel il a commencé à rapper, en est l'exemple même. Il vient en effet de Wichita, dans le Kansas, un Etat semble-t-il dépourvu de tout rappeur, la scène importante la plus proche se situant à Kansas City, dans l'Etat limitrophe du Missouri. Et encore, même les grands noms de là-bas, Tech N9ne et tous ses amis de Strange Music, voire, plus obscur, Mac Lethal, ne sont pas à proprement parler des stars internationales.

XV - Everybody's Nobody

Lire la suite...

SKEPTA - Konnichiwa

, 16:06

Parce que ces stars du rap nord-américain que sont Kanye West et Drake ont fait état de tout le bien qu'ils en pensaient, le grime semble profiter, à nouveau, d'un certain engouement. Certes, cette musique n'a jamais cessée d'être vivante depuis la grande époque de Dizzee Rascalz, au milieu des années 2000. Mais l'attention médiatique était quelque peu retombée, ce genre redevenant, pour l'essentiel, une affaire anglo-anglaise. Aujourd'hui, toutefois, la roue tourne à nouveau, et le bénéficiaire de cette résurgence du grime est Skepta, dont le dernier album, Konninchiwa, a bénéficié d'un remarquable succès critique et commercial.

SKEPTA - Konnichiwa

Lire la suite...

WAKA FLOCKA FLAME - Lebron Flocka James

, 16:06

Waka Flocka Flame est l'exemple même du rappeur qui a su concrétiser sur album toutes les promesses faites au préalable sur mixtapes. Sorti fin 2010, Flockaveli fut comme espéré un sommet de rap brutal et viscéral. Il sut consolider le meilleur de la salve de sorties, pas moins de huit, que ce protégé de Gucci Mane (il était le fils de sa manager de l'époque) avait proposée gratuitement depuis 2009. Considéré aujourd'hui comme un classique, cet album ne doit cependant pas invalider et faire oublier ces projets qui l'avaient précédé et annoncé, notamment les premiers volumes des séries Salute Me or Shoot Me et LeBron Flocka James.

WAKA FLOCKA FLAME - Lebron Flocka James

Lire la suite...

Désignez vos albums et mixtapes rap de l'année 2009

, 22:32

Le compte-à-rebours de Fake For Real se poursuit. Notre rétrospective sur l'année rap 2010 désormais publiée, et sans cesser pour autant de nous pencher sur l'actualité, nous nous attaquerons bientôt à l'année 2009. A nouveau, vous pourrez vous aussi faire part de vos propres choix, en désignant vos 5 albums ou mixtapes préférés de cette année. Les deux classements seront publiés simultanément.

Lire la suite...

FUNKMASTER FLEX - The Mix Tape Vol. 1 - 60 Minutes of Funk

, 11:46

De nos jours, ce que nous dénommons une mixtape n'est en fait qu'un album comme un autre, distribué de manière parallèle aux circuits habituels. Mais il fut un temps, tout au contraire, où la mixtape fut un format spécifique, et où l'on crut qu'elle put être exploitée telle quelle dans le commerce. Ce fut le cas, entre 1995 et 2000, des quatre épisodes de la série 60 Minutes of Funk. Ceux-ci furent distribués comme n'importe quel disque, sous format CD, par un vrai label, Loud, et ils rencontrèrent même un succès certain, tout en n'étant en fait que des compilations mixées, enchainant comme à la radio des titres déjà disponibles ou des inédits des rappeurs en vue du moment. Et si les ventes furent au rendez-vous, c'est que cette suite était le fait du DJ star des années 90, à New-York.

FUNKMASTER FLEX - The Mix Tape Vol. 1 -  60 Minutes of Funk

Lire la suite...

2 CHAINZ - ColleGrove

, 12:46

Début octobre 2007, Playaz Circle sortait "Duffle Bag Boy", un single destiné à placer sur orbite un premier album, Supply & Demand, prévu pour la fin du mois. Sur ce titre, le duo d'Atlanta bénéficiait d'un renfort de poids en la personne de Lil Wayne. Il s'agissait alors de la première grande manifestation de complicité entre le rappeur de plus important de l'époque, et celui qui, une fois lancé avec succès dans une carrière solo, abandonnerait le nom de Tity Boi. D'autres collaborations suivraient. L'homme répondant désormais au nom de 2 Chainz inviterait la star de La Nouvelle-Orléans sur chacune de ses mixtapes, et en 2013, ils sortiraient deux autres singles en commun, "Rich as Fuck" et "Twerk Season". Il était donc attendu qu'un jour, ces deux là se décident à enregistrer ensemble tout un album.

2 CHAINZ - ColleGrove

Lire la suite...

BONES - DeadBoy

, 20:42

Au début des années 90, sur l'album Ombre est Lumière, IAM se moquait gentiment des rockeurs d'obédience new wave. A leur musique dépressive et mortifère, qu'ils vomissaient, ils opposaient la nature festive et dansante de la leur. Un quart de siècle plus tard, cependant, s'ils sont toujours sur la même ligne, il y a de fortes chances que les Marseillais n'apprécient pas leur époque. Non seulement ces corbeaux qu'ils exécraient existent toujours. Mais en plus, horreur, ils font du rap ! Dans les années 2010, ce dernier est devenu à tel point le langage commun, la musique vers laquelle se portera naturellement tout créatif de 10 à 35 ans, qu'elle accueille des gens qui, en d'autres temps, se seraient trouvés parfaitement à leur aise dans un registre post-punk, batcave, indus ou autre.

Bones - DeadBoy

Lire la suite...

DJ S&S - Niggas Aint Nice

, 11:29

Shampelle Everett, alias DJ S&S, a non seulement été l'un des maîtres new-yorkais de la mixtape, au cœur des années 90. Il a aussi été, avec DJ Clue?, le champion des exclusivités. A l'origine un émule de Kid Capri, il a progressivement chargé ses cassettes de morceaux inédits, qu'il dénichait par tous les moyens, y compris le vol, tirant profit du réseau considérable qu'il avait construit dans le milieu rap, du fait de son activisme de DJ et de sa proximité avec les gens de Diggin’ In The Crates. Ce faisant, il a suscité l'hostilité de certains rappeurs, inquiets de voir leurs idées exposées trop tôt aux copieurs, et de l'impact négatif supposé sur leurs ventes. Mais il a bénéficié aussi de la complicité de quelques autres, qui comprenaient que les mixtapes allaient devenir des supports promotionnels, plutôt que des soirées ou des programmes radio de substitution.

DJ S&S - Niggas Aint Nice

Lire la suite...

HOODRICH PABLO JUAN - Designer Drugz 2

, 23:24

Au sein d'une scène d'Atlanta plus vivace que jamais, il devient difficile de distinguer tel ou tel rappeur. D'autant plus que, pour beaucoup de ses activistes, la formule est interchangeable. Tous ou presque sont des enfants de Gucci Mane. Tous exploitent les mêmes sens de l'absurde et de la mélodie. Tous jouent des répétitions, et des chants sous Auto-Tune. Tous usent des mêmes thèmes, la drogue en premier lieu. Tous, d'un rap absent, nous parlent de sa vente, de sa consommation et de leurs conséquences. Tel est le cas aussi de Hoodrich Pablo Juan, que l'on a vu collaborer avec PeeWee Longway, et sortir des projets avec Jose Guapo et Johnny Cinco, et qui donc, semble se fondre dans cette multitude.

HOODRICH PABLO JUAN - Designer Drugz 2

Lire la suite...

RAP, HIP-HOP - Albums et mixtapes 2011

, 13:29

L'année 2011, celle du triomphe continu des monarques Jay-Z et Kanye, celle aussi du sommet de la hype autour d'Odd Future, celle enfin du cloud rap, ne s'est pas résumée à ces éléments, loin s'en faut. Si elle impose moins de classiques évidents que 2010, elle n'en pas moins manifesté un renouveau du rap, critique au moins, depuis l'underground jusqu'à ses sommets. Elle a été marquée par un regain d'intérêt pour le genre, qui se manifeste par l'émergence d'une nouvelle génération d'affamés, d'obédience trap et gangsta pour l'essentiel, comme par un retour en grâce de vieux loups, survivants du rap pour backpackers ou références de la West Coast, réveillés et stimulés par l'émergence d'une nouvelle génération.

DANNY BROWN - XXX

Lire la suite...

HUS KINGPIN - The Cognac Tape

, 22:48

De nos jours, quand on pratique un hip-hop de facture classique, épris de virtuosité verbale et de boucles austères, il faut parfois mieux s'exiler, et chercher ailleurs qu'aux Etats-Unis les avocats les plus acharnés de ce rap à l'ancienne. C'est ce qu'a fait un temps Hus Kingpin. Ce natif de Brooklyn, en activité depuis le milieu des années 2000, a d'abord sorti les albums de son duo, Tha Connection, chez les Japonais de Goon Trax, puis chez les Suisses de Feelin' Music, avant d'être cautionné par Roc Marciano, meilleure représentant de la tradition rap new-yorkaise dans les années 2010, établi comme lui à Hempstead. C'est en effet sous son haut parrainage qu'est apparue cette Cognac Tape, au printemps 2013.

HUS KINGPIN - The Cognac Tape

Lire la suite...

RUFF SQWAD - Guns 'N' Roses Vol. 1

, 23:14

Le grime, cette dimension parallèle au rap, apparue en Angleterre sur les cendres de la rave culture, a pu se résumer un temps en deux camps, deux collectifs, issus tous deux d'East London. D'un côté, le Roll Deep crew, par lequel sont passées les stars, comme son leader Wiley, ainsi que Dizzee Rascal et Skepta. Et de l'autre, le Ruff Sqwad, fondé un an plus tôt, en 2001, et souvent considéré comme le pionnier du genre, comme l'écurie qui a abrité ses vrais innovateurs. Ce dernier trouve son origine à la fin des années 90, quand deux lycéens, David Nkrumah et Prince Owusu-Agyekum, alias Dirty Danger et Rapid, se sont mis à jouer de manière presque accidentelle avec le logiciel FruityLoops, à composer des morceaux accompagnés de raps, et à trouver ainsi le chemin des radios pirates, Rinse FM et quelques autres, qui auront été le creuset de ce genre musical.

RUFF SQWAD - Guns 'N' Roses Vol. 1

Lire la suite...

KAMAIYAH - A Good Night in the Ghetto

, 22:53

Le rap n'est plus un genre léger. Ni son pendant engagé (ou ce qu'il en reste), ni son opposé matérialiste et violent, ne respirent la joie de vivre. Quand bien même le rap se montre hédoniste, quand il est taillé pour les clubs et que ses acteurs se mettent en scène en train de prendre du bon temps, c'est le plus souvent sur le mode nihiliste de la débauche, de la toxicomanie et de l'aliénation mentale. Ou bien c'est dans un souci d'afficher sa puissance et sa réussite, qui sent à plein nez la compétition et l'esprit de revanche. Aussi, fin 2015, quand Kamaiyah a surgi avec "How Does it Feel", ce single a-t-il été accueilli comme une bouffée d'air frais.

KAMAIYAH - A Good Night in the Ghetto

Lire la suite...

KAARIS - Z.E.R.O

, 22:47

En 2013, le grand vainqueur du rap en France a été incontestablement Kaaris. Devenu disque d'or, son album Or Noir s'est avéré alors le classique de rap brutal et immoral que notre pays a longtemps attendu. Ce succès, cependant, ne sortait pas tout à fait du néant. Depuis plusieurs années déjà, Gnakouri Okou bourlinguait sur la scène nationale, dans un premier temps sous le pseudonyme de Fresh. Il y avait côtoyé quelques figures, comme Despo Rutti. Puis en 2011, bien avant qu'il ne l'entraîne dans l'une de ces embrouilles dont il a le secret, Booba avait coopté l'Ivoirien de Sevran, en l'invitant à figurer sur la quatrième édition de sa série des Autopsie. Et l'année d'après, en 2012, Kaaris allait emprunter à cette dernière le titre "Criminelle League" (sa collaboration avec le Duc de Boulogne), et embarquer ses producteurs 2031 et 2093, alias Therapy, dans le but de finaliser Z.E.R.O.

KAARIS - Z.E.R.O

Lire la suite...

JUICY J & LEX LUGER - Rubba Band Business 2

, 20:19

A la fin de la décennie 2000, près de vingt ans après les débuts de la Three 6 Mafia, et suite aux apothéoses qu'avaient été son Oscar et le succès de "Stay Fly", Juicy J concentrait ses efforts sur sa carrière solo. Il sortait alors quelques albums, Hustle Till I Die en 2009 et Stay Trippy en 2013, mais aussi une ribambelle de mixtapes, la plupart proposées sous son seul nom, certaines en duo avec son frère Project Pat, et d'autres, les deux éditions de Rubba Band Business, en collaboration avec Lex Luger. En débauchant ainsi un producteur de seize ans son cadet, celui qui avait offert à Waka Flocka et à Rick Ross quelques unes des tueries du moment, le rappeur de Memphis, désormais un vétéran, cherchait sans doute à se montrer toujours d'actualité. Et pour tout dire, il y parvenait plutôt bien.

JUICY J & LEX LUGER - Rubba Band Business 2

Lire la suite...

CELLY RU - Still da Same Nigga 2

, 23:26

En Californie, on connait ces grands centres du rap que sont Los Angeles et la Baie de San Francisco. Mais la capitale, Sacramento, se fait plus rare sur les écrans radar. L'endroit a pourtant vu naître quelques figures du rap, comme Brotha Lynch Hung, tenant parmi les plus notoires de la veine horrorcore, ou encore C-Bo. Leur apparition, cependant, remonte à la décennie 90. Et si l'on excepte le cas à part de Death Grips, groupe expérimental à la frontière entre rap et punk, la scène locale n'a à nouveau fait parler d'elle qu'en 2015, quand Mozzy est devenu l'une des sensations de l'année, avec rien de moins que quatre albums, dont le prisé Bladadah, ainsi que des collaborations avec d'autres rappeurs du Golden State, comme YG, Philthy Rich et un Nef the Pharaoh lui-même originaire de Sacramento.

CELLY RU - Still da Same Nigga 2

Lire la suite...

LIL DURK - Signed to the Streets

, 23:23

Durk Banks, alias Lil Durk, n'a pas récolté immédiatement tous les lauriers quand, en 2012, la scène drill de Chicago a explosé. D'autres que lui, Chief Keef, Lil Reese ou le vétéran King Louie, ont bénéficié alors de l'attention médiatique, le jeune homme d'une vingtaine d'années, sans surprise dans le contexte violent de Chiraq, étant en prise à des déboires judiciaires en raison d'un port d'armes illicite. Il avait pourtant déjà été approché par Def Jam, avec le succès du titre "L's Anthem", et le soutien de l'industrie du disque serait visible quand, l'année d'après, il sortirait sous l'étiquette du Coke Boys de French Montana et sous le parrainage de DJ Drama, une quatrième mixtape qui le propulserait à l'avant-plan, Signed to the Streets, aujourd'hui encore, plus que ses albums, son projet le plus emblématique.

LIL DURK - Signed to the Streets

Lire la suite...

SAUCE TWINZ - In Sauce We Trust

, 22:45

Houston abrite l'une des scènes rap les mieux établies, c'est entendu. Depuis les années 80, elle a apporté au genre un quota considérable de grands rappeurs, et développé une identité forte. Et cela a continué au cœur des années 2010, quand la sensation locale est devenue The Sauce Factory. Ce collectif aux frontières floues, dont les membres les plus éminents sont Sosamann et les faux frères des Sauce Twinz, s'est fait connaître par une pluie incessante de mixtapes, mais aussi par un beef avec Drake. Ce dernier, comme à son habitude, avait cherché à se présenter comme l'ami et le protecteur de rappeurs prometteur, mais ceux-là, fiers et jaloux de leur ville, avaient choisi de lui dénier tout droit à la représenter.

SAUCE TWINZ - In Sauce We Trust

Lire la suite...

ARM & TEPR - Psaumes

, 22:45

Il y a longtemps eu deux malentendus, dans la manière dont la critique musicale a abordé le rap, en France : elle a souvent cru que les paroles en étaient l'élément central, et leur a donc enjoint d'avoir un sens, de porter un message ou, a minima, de faire preuve d'une grande qualité d'écriture ; ne comprenant pas que les raps eux-mêmes sont musique, elle a aussi attendu des beats rêches qui l'accompagnent qu'ils prennent plus d'ampleur, de profondeur, qu'ils soient de vraies compositions. Aussi avons-nous fréquemment entendu des gens dire qu'ils n'aimaient le rap que quand il avait une teneur poétique, quand il s'inscrivait dans la tradition de François Villon, de Georges Brassens, voire de Renaud ; ou bien désirer ardemment qu'il s'acoquine avec les musiques électroniques, house et techno, qui elles, sont conçues pour se passer de paroles. Dans tous les cas, chaque fois que quelqu'un avance l'un ou l'autre de ces arguments, il faut fuir : il montre ainsi qu'il n'a pas su approcher le rap dans les termes qui lui sont propres.

ARM & TEPR - Psaumes

Lire la suite...

- page 1 de 76