Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

DOO WOP - 95 Live

, 22:44 - Lien permanent

C'est au tout début des années 90, en se confrontant à Kid Capri, que Raphael Gonzalez, alias Doo Wop, fit sa place sur le marché des mixtapes new-yorkaises. Il ne connaissait que vaguement son aîné, mais il eut la bonne idée d'aller vendre ses cassettes lui-même, près des points de vente où l'on trouvait celles de l'autre. Il s'engagea aussi, autour de 1991-92, dans un beef avec lui. Les deux DJs, qui avaient en commun la particularité de savoir rapper, s'attaquaient alors mutuellement sur leurs sorties respectives, avant de devenir amis plus tard. Se faisant un nom ainsi, Doo Wop allait trouver sa place dans le panthéon des grands DJs à mixtapes, et y creuser son propre sillon : tandis que Ron G se spécialisait dans les mélanges entre rap et R&B, et que DJ S&S, puis DJ Clue, se feraient connaître pour leurs exclusivités, lui deviendrait le grand expert des freestyles.

DOO WOP - 95 Live

Lire la suite...

GORILLA ZOE - Monkey Business

, 21:48 - Lien permanent

Gorilla Zoe est aujourd'hui retourné dans l'anonymat, mais il fut un temps où il semblait sur la pente ascendante, et sur le point de suivre les traces de celui qu'il avait remplacé au sein du groupe Boyz N Da Hood, Young Jeezy. En 2007, porté par le single "Hood Figga" et par sa contribution au "Coffee Shop" de Yung Joc, il avait lancé un premier album assez remarqué, Welcome to the Zoo. Il avait figuré aussi parmi les Freshmen du magazine XXL, au sein d'une grosse promotion, la toute première, aux côtés de Lil Boosie, Young Dro, Plies et Lupe Fiasco. Et bien sûr, dans la foulée, il s'était illustré sur mixtapes, battant même tous les records de productivité en février 2010, en sortant un projet entier chaque jour du mois.

GORILLA ZOE - Monkey Business

Lire la suite...

GUCCI MANE - Everybody Looking

, 21:46 - Lien permanent

Gucci Mane n'a jamais été un artiste à albums. Il y a bien eu, autour de ce qui fut l'année la plus faste de sa carrière, 2009, un moment où l'on a cru qu'il allait concrétiser son talent sur ce format, avec The State vs. Radric Davis. Même Murder Was the Case, sorti quelques mois plus tôt, à l'arrache, et renié par son auteur, fut en fait un bon disque. Mais l'essentiel de l'œuvre de Guwop, on le sait, se trouve depuis 2006 sur ses mixtapes. Ses meilleurs projets, ce sont Chicken Talk, les trois volumes de The Movie, voire ceux de Cold War, Writing on the Wall, ou bien encore Mr Zone 6. Que des sorties gratuites, distribuées à un rythme phénoménal. Et pourtant, à la mi 2016, on a bien pensé qu'il allait le sortir, son projet commercial de référence, et que le monde entier était enfin mûr pour cela.

GUCCI MANE - Everybody Looking

Lire la suite...

LES 7 VIES DE LA MIXTAPE RAP

, 22:34 - Lien permanent

Et si l'histoire du rap, finalement, avait peu à voir avec celle de ses disques ? Et si ces derniers n'en étaient qu'une traduction imparfaite ? Et si, pour cette musique, l'essentiel se trouvait sur un format alternatif : la mixtape ? Cette question n'est pas que rhétorique. S'il n'est pas réservé au rap, ce support musical est associé de près à sa culture. Il a toujours été présent, dès ses origines, et il a suivi toutes les étapes de son parcours. Il a fourni aux fans une autre façon de goûter au rap. Il leur a offert une approche plus directe, plus en prise avec la rue, moins gênée par les calculs inhérents à la commercialisation d'un produit grand public. Cependant, quand nous parlons de "mixtape", entendons-nous bien toujours la même chose ?

50 CENT & G-UNIT - 50 Cent Is the Future

Lire la suite...

YOUNG DOLPH - Welcome to Dolph World

, 23:26 - Lien permanent

Toutes les mixtapes de Young Dolph se valent, plus ou moins. Elles ne sont pas forcément des chefs d'œuvre, mais toujours de grands motifs de réjouissance. Et des mixtapes, il en a sorti beaucoup, une vingtaine en sept ans, en privilégiant une démarche purement indépendante, qui consiste à en presser des versions CD à ses frais, à les vendre de la main à la main dans les rues de sa ville de Memphis, et de solder le reste au cours des nombreux concerts qu'il donne à travers les Etats-Unis. Alors, puisque Young Dolph produit ses mixtapes de manière industrielle, et qu'il s'agit toujours de la même chose, pourquoi ne pas parler en premier lieu de celle qui l'a révélé, de celle où il nous souhaitait la bienvenue dans son monde ?

YOUNG DOLPH & DJ SCREAM - Welcome to Dolph World

Lire la suite...

KID CAPRI - 52 Beats

, 22:57 - Lien permanent

Kid Capri fut, sans doute, le premier à se servir des mixtapes pour accéder au rang de star. Certes, d'autres avant lui se sont imposés comme des références sur ce format, comme Brucie B, ou comme Starchild, qui fut son partenaire. C'est d'ailleurs en suivant son exemple que le DJ Italo-Afro-Américain, de son vrai nom David Love, se mit à vendre sur cassettes des enregistrements de ses soirées. Mais grâce à son talent, et aussi à son sens aigu du business, il franchit une étape supérieure, transformant celles-ci en commerce rentable. Kid Capri capitalisa aussi sur son nom pour avancer plus loin dans sa carrière, sortant en major un véritable album, The Tape, dès 1991, et apparaissant ensuite sur plusieurs saisons du Def Comedy Jam, l'émission télé produite à partir de 1992 par Russell Simmons.

KID CAPRI - 52 Beats

Lire la suite...

Désignez vos mixtapes emblématiques

, 20:51 - Lien permanent

Après avoir retracé le long parcours de la mixtape rap et rendu compte de ses multiples transformations, et en attendant qu'il vous en livre lui-même une sélection, Fake For Real vous propose de désigner celles qui vous ont le plus marqués, les dix qui, à votre goût, sont les meilleures que le rap nous ait offertes.

PEEWEE LONGWAY - Mr. Blue Benjamin

, 23:27 - Lien permanent

Au début de l'été 2016, le nom de PeeWee Longway est tout à coup apparu dans certains médias généralistes, pour une raison assez inattendue : en plein Euro, des journalistes avaient découvert en lui le créateur de l'étrange danse exécutée sur le terrain par le footballeur Paul Pogba. Un peu plus tôt, c'est par le biais de LL Cool J, qui s'était déclaré fan, que certains avaient entendu parler pour la première fois du rappeur. Cette année, cependant, l'homme d'Atlanta mérite d'être distingué pour tout autre chose que la paternité du dab (qui lui est d'ailleurs disputée par Migos), ou que l'étonnant intérêt que lui a manifesté un vétéran du hip-hop. Il faut plutôt célébrer Mr. Blue Benjamin, son premier véritable album, sorti en janvier.

PEEWEE LONGWAY - Mr. Blue Benjamin

Lire la suite...

DJ CLUE - Holiday Holdup 96

, 23:20 - Lien permanent

Originaire du Queens, Ernesto Shaw, alias DJ Clue (ou "DJ Clue?"), a été l'un des DJs new-yorkais éminents de la fin des années 90. On l'a alors entendu sur les ondes de Hot 97, la même radio que celle de Funkmaster Flex. Sur la même période, il allait fonder son propre label, Desert Storm, connu surtout pour avoir révélé le rappeur Fabolous. Il allait produire plus tard des titres de la star Mariah Carey. Et en 1998, il serait l'un des premiers à sortir un album, The Professional, sur Roc-a-Fella. Si ce disque allait connaître un succès commercial inhabituel pour une compilation mixée, c'est sans doute, en partie, parce qu'il était sur le label de Jay-Z. Mais c'est aussi parce que, un peu plus tôt, DJ Clue s'était imposé comme l'un des maîtres de la mixtape, du fait de son habileté à dénicher des exclusivités.

DJ CLUE - Holiday Holdup 96

Lire la suite...

XV - Everybody's Nobody

, 23:03 - Lien permanent

L'avantage des mixtapes digitales, c'est qu'avec elles la géographie s'efface. Que leur émergence soit spontanée ou qu'elle soit résultat d'une habile stratégie menée en sous-main par l'industrie du disque (quelle importance ?), elles permettent à des gens situés en marge des scènes les plus en vue de se faire un nom. Donavan Johnson, appelé XV en raison de l'âge auquel il a commencé à rapper, en est l'exemple même. Il vient en effet de Wichita, dans le Kansas, un Etat semble-t-il dépourvu de tout rappeur, la scène importante la plus proche se situant à Kansas City, dans l'Etat limitrophe du Missouri. Et encore, même les grands noms de là-bas, Tech N9ne et tous ses amis de Strange Music, voire, plus obscur, Mac Lethal, ne sont pas à proprement parler des stars internationales.

XV - Everybody's Nobody

Lire la suite...

SKEPTA - Konnichiwa

, 16:06 - Lien permanent

Parce que ces stars du rap nord-américain que sont Kanye West et Drake ont fait état de tout le bien qu'ils en pensaient, le grime semble profiter, à nouveau, d'un certain engouement. Certes, cette musique n'a jamais cessée d'être vivante depuis la grande époque de Dizzee Rascalz, au milieu des années 2000. Mais l'attention médiatique était quelque peu retombée, ce genre redevenant, pour l'essentiel, une affaire anglo-anglaise. Aujourd'hui, toutefois, la roue tourne à nouveau, et le bénéficiaire de cette résurgence du grime est Skepta, dont le dernier album, Konninchiwa, a bénéficié d'un remarquable succès critique et commercial.

SKEPTA - Konnichiwa

Lire la suite...

WAKA FLOCKA FLAME - Lebron Flocka James

, 16:06 - Lien permanent

Waka Flocka Flame est l'exemple même du rappeur qui a su concrétiser sur album toutes les promesses faites au préalable sur mixtapes. Sorti fin 2010, Flockaveli fut comme espéré un sommet de rap brutal et viscéral. Il sut consolider le meilleur de la salve de sorties, pas moins de huit, que ce protégé de Gucci Mane (il était le fils de sa manager de l'époque) avait proposée gratuitement depuis 2009. Considéré aujourd'hui comme un classique, cet album ne doit cependant pas invalider et faire oublier ces projets qui l'avaient précédé et annoncé, notamment les premiers volumes des séries Salute Me or Shoot Me et LeBron Flocka James.

WAKA FLOCKA FLAME - Lebron Flocka James

Lire la suite...

Désignez vos albums et mixtapes rap de l'année 2009

, 22:32 - Lien permanent

Le compte-à-rebours de Fake For Real se poursuit. Notre rétrospective sur l'année rap 2010 désormais publiée, et sans cesser pour autant de nous pencher sur l'actualité, nous nous attaquerons bientôt à l'année 2009. A nouveau, vous pourrez vous aussi faire part de vos propres choix, en désignant vos 5 albums ou mixtapes préférés de cette année. Les deux classements seront publiés simultanément.

Lire la suite...

FUNKMASTER FLEX - The Mix Tape Vol. 1 - 60 Minutes of Funk

, 11:46 - Lien permanent

De nos jours, ce que nous dénommons une mixtape n'est en fait qu'un album comme un autre, distribué de manière parallèle aux circuits habituels. Mais il fut un temps, tout au contraire, où la mixtape fut un format spécifique, et où l'on crut qu'elle put être exploitée telle quelle dans le commerce. Ce fut le cas, entre 1995 et 2000, des quatre épisodes de la série 60 Minutes of Funk. Ceux-ci furent distribués comme n'importe quel disque, sous format CD, par un vrai label, Loud, et ils rencontrèrent même un succès certain, tout en n'étant en fait que des compilations mixées, enchainant comme à la radio des titres déjà disponibles ou des inédits des rappeurs en vue du moment. Et si les ventes furent au rendez-vous, c'est que cette suite était le fait du DJ star des années 90, à New-York.

FUNKMASTER FLEX - The Mix Tape Vol. 1 -  60 Minutes of Funk

Lire la suite...

2 CHAINZ - ColleGrove

, 12:46 - Lien permanent

Début octobre 2007, Playaz Circle sortait "Duffle Bag Boy", un single destiné à placer sur orbite un premier album, Supply & Demand, prévu pour la fin du mois. Sur ce titre, le duo d'Atlanta bénéficiait d'un renfort de poids en la personne de Lil Wayne. Il s'agissait alors de la première grande manifestation de complicité entre le rappeur de plus important de l'époque, et celui qui, une fois lancé avec succès dans une carrière solo, abandonnerait le nom de Tity Boi. D'autres collaborations suivraient. L'homme répondant désormais au nom de 2 Chainz inviterait la star de La Nouvelle-Orléans sur chacune de ses mixtapes, et en 2013, ils sortiraient deux autres singles en commun, "Rich as Fuck" et "Twerk Season". Il était donc attendu qu'un jour, ces deux là se décident à enregistrer ensemble tout un album.

2 CHAINZ - ColleGrove

Lire la suite...

BONES - DeadBoy

, 20:42 - Lien permanent

Au début des années 90, sur l'album Ombre est Lumière, IAM se moquait gentiment des rockeurs d'obédience new wave. A leur musique dépressive et mortifère, qu'ils vomissaient, ils opposaient la nature festive et dansante de la leur. Un quart de siècle plus tard, cependant, s'ils sont toujours sur la même ligne, il y a de fortes chances que les Marseillais n'apprécient pas leur époque. Non seulement ces corbeaux qu'ils exécraient existent toujours. Mais en plus, horreur, ils font du rap ! Dans les années 2010, ce dernier est devenu à tel point le langage commun, la musique vers laquelle se portera naturellement tout créatif de 10 à 35 ans, qu'elle accueille des gens qui, en d'autres temps, se seraient trouvés parfaitement à leur aise dans un registre post-punk, batcave, indus ou autre.

Bones - DeadBoy

Lire la suite...

DJ S&S - Niggas Aint Nice

, 11:29 - Lien permanent

Shampelle Everett, alias DJ S&S, a non seulement été l'un des maîtres new-yorkais de la mixtape, au cœur des années 90. Il a aussi été, avec DJ Clue?, le champion des exclusivités. A l'origine un émule de Kid Capri, il a progressivement chargé ses cassettes de morceaux inédits, qu'il dénichait par tous les moyens, y compris le vol, tirant profit du réseau considérable qu'il avait construit dans le milieu rap, du fait de son activisme de DJ et de sa proximité avec les gens de Diggin’ In The Crates. Ce faisant, il a suscité l'hostilité de certains rappeurs, inquiets de voir leurs idées exposées trop tôt aux copieurs, et de l'impact négatif supposé sur leurs ventes. Mais il a bénéficié aussi de la complicité de quelques autres, qui comprenaient que les mixtapes allaient devenir des supports promotionnels, plutôt que des soirées ou des programmes radio de substitution.

DJ S&S - Niggas Aint Nice

Lire la suite...

HOODRICH PABLO JUAN - Designer Drugz 2

, 23:24 - Lien permanent

Au sein d'une scène d'Atlanta plus vivace que jamais, il devient difficile de distinguer tel ou tel rappeur. D'autant plus que, pour beaucoup de ses activistes, la formule est interchangeable. Tous ou presque sont des enfants de Gucci Mane. Tous exploitent les mêmes sens de l'absurde et de la mélodie. Tous jouent des répétitions, et des chants sous Auto-Tune. Tous usent des mêmes thèmes, la drogue en premier lieu. Tous, d'un rap absent, nous parlent de sa vente, de sa consommation et de leurs conséquences. Tel est le cas aussi de Hoodrich Pablo Juan, que l'on a vu collaborer avec PeeWee Longway, et sortir des projets avec Jose Guapo et Johnny Cinco, et qui donc, semble se fondre dans cette multitude.

HOODRICH PABLO JUAN - Designer Drugz 2

Lire la suite...

RAP, HIP-HOP - Albums et mixtapes 2011

, 13:29 - Lien permanent

L'année 2011, celle du triomphe continu des monarques Jay-Z et Kanye, celle aussi du sommet de la hype autour d'Odd Future, celle enfin du cloud rap, ne s'est pas résumée à ces éléments, loin s'en faut. Si elle impose moins de classiques évidents que 2010, elle n'en pas moins manifesté un renouveau du rap, critique au moins, depuis l'underground jusqu'à ses sommets. Elle a été marquée par un regain d'intérêt pour le genre, qui se manifeste par l'émergence d'une nouvelle génération d'affamés, d'obédience trap et gangsta pour l'essentiel, comme par un retour en grâce de vieux loups, survivants du rap pour backpackers ou références de la West Coast, réveillés et stimulés par l'émergence d'une nouvelle génération.

DANNY BROWN - XXX

Lire la suite...

HUS KINGPIN - The Cognac Tape

, 22:48 - Lien permanent

De nos jours, quand on pratique un hip-hop de facture classique, épris de virtuosité verbale et de boucles austères, il faut parfois mieux s'exiler, et chercher ailleurs qu'aux Etats-Unis les avocats les plus acharnés de ce rap à l'ancienne. C'est ce qu'a fait un temps Hus Kingpin. Ce natif de Brooklyn, en activité depuis le milieu des années 2000, a d'abord sorti les albums de son duo, Tha Connection, chez les Japonais de Goon Trax, puis chez les Suisses de Feelin' Music, avant d'être cautionné par Roc Marciano, meilleure représentant de la tradition rap new-yorkaise dans les années 2010, établi comme lui à Hempstead. C'est en effet sous son haut parrainage qu'est apparue cette Cognac Tape, au printemps 2013.

HUS KINGPIN - The Cognac Tape

Lire la suite...

- page 1 de 76